P’tit voyage à Veliki Ostioug – Février 2012

veliki-panorama

Un p’tit grand voyage

Faire un voyage dans le grand Nord de la Russie, en plein hiver à -30°C, il fallait vraiment croire au père Noël pour le faire ! Car oui, Veliki Ostioug est parait-il la patrie d’origine de Died Moroz, le père Noël russe. Nous avons été 18 à relever le défi, non sans quelques appréhensions au début.  Mais nos craintes se sont vite envolées lorsque nous avons embarqué à 14h à bord du train et commencé à déballer nos victuailles, boissons et jeux divers, prêtes à affronter nos 22 heures de train dans la joie et la bonne humeur !

Réparties à 4 par compartiment, nous avons rapidement fait connaissance autour des petites douceurs que les unes et les autres avaient préparées. En début de soirée, nous nous sommes réunies dans le couloir de notre wagon pour trinquer à nos futures découvertes. Un peu bruyantes ces « fransougenki » ont du se dire les autres voyageurs en tentant de traverser cet essaim de françaises en goguette ! Bref, le ton était donné : ambiance chaleureuse, partage et franche rigolade nous suivront tout au long de ces 5 jours.

train-aller        couchette2nde       Samovar      russe-train

Les beaux paysages des plaines russes enneigées défilaient, tous plus beaux les uns que autres. Et là, on comprend tout l’intérêt de voyager en train : les petites isbas colorées, les bulbes de Yaroslav, les forêts de pins et de bouleaux, et même un loup ! L’autre intérêt, c’est de rencontrer les russes, certains sont venus nous voir, un peu intrigués par notre démarche, les autres nous regardaient de loin, assez amusés. Quand à nous, nous avons été étonné du confort de nos couchettes de 2ème classe (ce qui ne sera pas le cas du retour en 3ème !), goutté au samovar du wagon, apprécié l’amabilité du responsable de voiture (c’est une blague bien-sûr !). Bref, un petit vécu de la Russie moyenne, loin de ce que l’on peut voir à Moscou.

A 11h, extinction des feux. Après avoir gréé nos couchettes (assez sportif !), nous avons pour certaines pu dormir, bercée par le roulis du train et réveillée par les nombreux arrêts du parcours. Un conseil aux futurs voyageurs : boules quies obligatoires pour profiter de la nuit car ces trains sont très bruyants ! Réveil à 8h, toilette de chat compte-tenu de l’odeur des toilettes ! On ne peut s’empêcher de penser aux millions de personnes qui furent transportées dans des conditions bien différentes de nous vers les goulags de la Kolyma et de frissonner en pensant que le terminus de ce train y mène. Descente à 9h du train, en gare de Kotlas, ville située à 80 km de notre destination finale.

arrivee

Et là, première expérience de la province : pas de quai, nous débarquons à même le remblai, au milieu de deux train à l’arrêt, obligée de traverser le deuxième train pour rejoindre la gare ! Nous sommes chaleureusement accueillies par Elena, notre guide locale, qui parle français, ce qui est une excellente surprise puisque ce n’était pas prévu. Nous savons que notre programme de la journée est chargé, aussi, nous sommes pressées d’embarquer à bord du minibus qui doit nous emmener petit-déjeuner dans une isba typique de la région. Mais notre déception est grande de constater que certes le minibus a 18 places mais aucun compartiment pour les bagages… Après quelques coups de fils, notre guide nous dégotte un taxi qui prend à son bord 3 personnes et une partie des bagages. C’est cela la gestion de crise à la russe !bus

Après une trentaine de minutes de trajet dans notre minibus aux vitres gelées (et oui, il ne fait pas loin de -30°), nous arrivons à destination, accueillies par deux charmantes jeunes femmes en costume traditionnel du nord nous proposant les traditionnels pains et sel de bienvenue. Nous visitons l’isba en bois qui reflète la manière de vivre des paysans russes des siècles derniers et sommes ensuite invitées à partager un copieux petit-déjeuner composé de kacha de sarrazin, tarte aux baies et thé noir. Nos hôtesses nous invitent à des jeux et des rondes sur les rythmes des chants slaves si typiques et si entrainants. Nous nous amusons beaucoup de cette récréation si désopilante !

isba1         isba2

En route pour notre hôtel et une courte pause avant d’attaquer la première visite de la ville : l’église de la résurrection, au bord du fleuve Soukhona. Le décor est magnifique : manteau neigeux blanc sur la rivière contrastant avec le bleu azur du ciel, le froid mordant mais un soleil radieux.  C’est magique, les glaçons pendent partout aux faitages, les arbres sont givrés mais la chaleur des personnes qui nous accueillent est émouvante. A notre départ de l’hôtel, un de nos chauffeur s’était déguisé en officier de l’armée rouge, perché sur son cheval de traie magnifique. Quelle allure ! Et quelle fierté de nous voir nous extasier !

cheval

L’église vaut le détour. Elle a été édifiée au XIIIe siècle en hommage à Procope, un riche marchand allemand converti à l’orthodoxie qui renonça à sa fortune pour vivre en ermite. La légende dit qu’iI protégea notamment la ville d’un déluge de pierre et fut canonisé en 1547. L’iconostase du XVIIIe reflète le savoir-faire en matière d’ornement en bois de la région. Une très belle icône de la vie de Procope est connue dans le monde entier. Nous enchaînons avec le monastère de l’archange Michel, que nous visitons extérieurement. Après un tour de ville, nous traversons à pied la rivière gelée, sous le soleil d’hiver avec en face de nous la cathédrale de Procope. Une expérience véritablement exotique !

eglise

Partout où nous allons, nous sommes reçues très chaleureusement. Quand nous visitons la maison de l’artisanat, nous avons droit à un master class sur l’écorce de bouleau. Nous apprenons que le bouleau a des propriétés imperméable, calorifuge, résistante, souple.

traversee                          masterclass

Nous tentons de réaliser notre signet en écorce de bouleau poinçonné conformément à notre modèle tout en nous enthousiasmant de la dextérité de notre professeur façonnant ses dentelles avec ses outils de chirurgien. Au restaurant de l’hôtel, notre groupe de 18 « «bonnes femmes » ne passe pas inaperçu. Des jeunes gens nous offrent une bouteille de vodka de Veliki Ostioug. Encore une marque de sympathie qui nous touche.

glace           motoneige

Notre deuxième jour est tout aussi intense que le premier, dans un autre registre. Nous allons à la rencontre des russes dans leur quotidien. Notre premier rendez-vous a lieu dans une usine de fabrication de brosses et pinceaux. Accueil toujours aussi chaleureux : pain, sel et vodka, à 10h du matin, une première !

hotelpain-sel

fabriquevillage-diedmoroz

Nous suivons notre guide des lieux, une ouvrière enthousiaste, très fière de nous montrer le savoir-faire de son entreprise vieille de 80 ans. Avant que les chinois n’inondent le marché de produits bas de gamme, l’usine comptait 1100 ouvriers. Elle en compte désormais une centaine. Nous visitons cette usine d’un autre temps avec un certain malaise. Les conditions sont difficiles, les normes de sécurité rudimentaires mais les ouvriers semblent assez amusés de notre présence. Nous partons après avoir vidé le stock de produits qui nous était proposé et une brosse à l’effigie du Père Noël offerte à chacune.

Après un passage au village du Died Moroz, qui permet à certaines de dévaler à toute vitesse une immense piste en luge, nous sommes attendues à déjeuner chez Irina, une habitante du village voisin : Blagavotchenie. Une immense table est dressée, chargée de tous les mets traditionnels de cette région : baies, zakouskis, champignons marinés, morse et thé ; puis une serie de plats chauds, soupe, poissons, viandes, l’hospitalité à la russe quoi !

Inutile de dire que nous avons bien apprécié la balade en troïka dans le village, d’autant que l’engin, tout droit sorti d’un tableau de Surikov, un plateau couvert de paille et d’une toile, tiré par un cheval de traie, est plutôt instable, il faut s’accrocher et lever les pieds pour ne pas toucher les murs de neige le long du chemin !

zakouski        village1        troika        village2

Cette balade digestive se termine dans l’église du village, transformée en salle des fêtes. Un groupe folklorique nous y attend avec un thé et des douceurs. Après danse, chants et rondes partagés avec nos hôtesses, on nous invite à faire de la luge sur bouée sur une pente bien raide. Carole se lance à fond, prend de plus en plus de vitesse pour finir par une pirouette arrière très spectaculaire !

fileuse-chantantchantvillage

Suite à ces exploits, nous partons en direction d’un autre village où nous allons découvrir une tradition typiquement russe : le bania. Mais attention, celui-ci n’a rien à voir avec celui que l’on pratique en ville. Il s’agit de se plonger dans un trou d’eau creusé dans la glace, dehors, par -30°C et de nuit. Il faut avouer que lorsque nous voyons ce trou à notre  arrivée, les quelques volontaires commencent à douter. Notre hôte nous accueille autours d’un bon feu de cheminée avec sa fille, qui nous a préparé un bon repas. La plupart d’entre nous s’installe autour de la table tandis que les quelques courageuses commencent à se déshabiller et se dirigent dans le bania attenant. Encore une soirée où nous avons beaucoup ri, au grès des cris des courageuses qui plongeaient dans leur eau glacée !

trou          photo-banya MA1

Nous avons terminé notre voyage en 3ème classe, dans la fameuse « platzkart »,  un wagon complètement ouvert avec les couchettes alignées et réparties de chaque côté de la voiture.  Comme à l’aller, certains russes pas toujours très clairs et intrigués venaient nous rendre visite et nous interrogeaient sur le but de notre voyage. Les autres nous observaient de loin, souriant en nous voyant trinquer à notre aventure !

porte-geleetrain3eme2ambiance1ambiance2

train3eme

Difficile de tout raconter tant l’aventure a été passionnante, chaleureuse et joyeuse. Au vu des photos, on ne peut que le constater ! Alors un grand merci aux organisatrices de ce p’tit voyage qui fut un grand p’tit voyage : Catherine et Carol (photo ci-contre), à Elena, notre guide sur place *, et notre agence star, tsar voyage !

Delphineorganisatrices

D’autres photos…

Coordonnées d’Elena disponibles en contactant ptitsvoyages@moskva-accueil.org.

vue-generale



Catégories :Les anciens p'tits voyages